lundi 10 décembre 2007

23. Un questionnaire glâné sur le net


Bon, ce n'est pas vraiment un questionnaire, mais comme il s'agit à la fois d'une liste ET de livres, ben je n'ai pas pu me retenir. Donc, c'est parti (attention, c'est long) :

4 livres de mon enfance
- Tous les livres de contes qu'on avait à la maison. Il y avait les contes africains, les légendes des rivières (la Vouivre !), les légendes des forêts, les contes sur le Diable et ses diableries, les contes fantastiques (terrifiants, avec des histoires de trolls, de kappas, de femmes-renardes et de dames blanches fantomatiques qui ne laissaient aucune trace de pas dans la neige...), les contes scandinaves et les contes asiatiques. Ces deux-là, c'étaient mes préférés, avec Inge la jeune fille condamnée à se transformer en phoque... la Fileuse et le Pastoureau... Mademoiselle Chrysanthème...
- La Petite Maison dans la Prairie. Eh ouais. Ca me donnait des envies de vie pastorale dans les grands espaces américains -- sauf l'invasion des sauterelles, impossible à gérer pour moi. Et j'ai passé mon enfance à me demander ce qu'est un "châlit". Un châle pour le lit ? Un chat sur un lit ? Une sorte de chalet made in USA ?
- De la Lecture à la Confiture. J'adorais ce livre : les recettes qui vont avec les histoires -- par exemple les biscuits qui font grandir d'Alice, ou la pomme empoisonnée de Blanche-Neige, avec chaque fois des instructions adaptées. Bonjour le cauchemar en cuisine, ceci dit, quand on indiquait "gros comme une tête d'enfant de beurre" pour la galette du Chaperon Rouge...
- Les Enfants du Jeudi. Celui-là, je le mets en dernier, parce que je l'ai lu quand j'étais déjà un peu grande. Une sœur aînée brûlant de jalousie incandescente pour son petit frère qui a bien plus de talent qu'elle, forcément, j'adhérais -- sauf que moi j'en avais trois, des frères et soeurs !... Et puis l'héroïne était ballerine, wouaah... et elle s'appelait Crystal, rewouaaah (depuis, j'ai bien grandi)...

4 livres de mon adolescence
- Le Seigneur des Anneaux. Love at first read.
- Madame Bovary. En même temps, j'aurai aussi bien pu mettre Au Bonheur des Dames, Salammbô ou Les Chouans ; ado, c'était ma période "classiques français du 19ème siècle", avec une nette préférence pour Flaubert et Zola. Théophile Gautier aussi, pour les descriptions. Et Baudelaire, évidemment, pour le spleen, tout ça tout ça...
- La Cavale (Albertine Sarrazin). J'avais dû lire La Traversière pour un devoir de classe. Pas enthousiasmée sur le moment, mais quelque temps après, j'avais trouvé La Cavale dans une librairie d'occasion. Et là, coup de foudre littéraire, pour le style, pour le personnage, pour la manière d'envisager les choses... tout, quoi.
- Poussière (Rosamond Lehman). Les états d'âme d'une étudiante anglaise à Cambridge -- ou Oxford, je ne sais plus trop. Un complet mystère. Je ne comprenais rien du tout, les personnages étaient bizarres. Je n'arrivais pas à placer l'histoire non plus (années 20 ? années 30 ? années 40 ? après ?), c'était super évanescent et romanesque. J'étais fascinée. Encore maintenant, je n'arrive pas à décider si c'est nul et hyper-prétentieux ou si ça a un mérite littéraire.

4 livres de ma vie d'étudiante
- Une Prière pour Owen Meany (John Irving d'une manière générale, en fait, avec plus particulièrement Le Monde selon Garp et L'Oeuvre de Dieu, la Part du Diable). Un des rares livres qui m'aient à la fois fait rire ET pleurer. En fait, rares sont les livres qui me font pleurer, maintenant que j'y pense.
- Jane Eyre. Ah ben oui, quand même, hein ! Je voulais le mettre dans mon adolescence, mais toutes les places étaient déjà prises, et de toute façon, celui-là, je le relis tout le temps. "Reader, I married him"... Oups, spoiler :-).
- To the Lighthouse. Et tout Virginia Woolf, en fait. Une manière d'utiliser la langue complètement différente de ce que j'avais lu jusqu'alors.
- Manhattan Transfer. Bizarrement, c'est le seul livre de John Dos Pasos que j'aie aimé. Mais je le cite parce que c'est un livre magnifique, et parce qu'ensuite, par "extension", j'ai lu du Fitzgerald, un autre choc littéraire (notamment Tender is the Night).

4 livres récents
- Possession (A.S. Byatt). Tout A.S. Byatt, en fait. Des histoires denses, une écriture riche et très évocatrice -- et le seul auteur, jusqu'à présent, qui m'ait fait vraiment sentir que lire et écrire ne sont pas des choses innocentes.
- Sarinagara, de Philippe Forest. Celui-là, je n'arrive pas à le décrire, la seule chose que je peux en dire, c'est qu'il m'a fait manquer ma station, dans le métro, et ça, normalement, ça n'arrive JAMAIS.
- Les Notes de Chevet (Sei Shônagon). Oooh, quel hasard... Mais bon : extraordinairement élégant (la traduction française est magnifique), incroyablement dépaysant, beaucoup de poésie, un brin de persiflage -- et comment résister à quelqu'un qui élabore une "Liste de choses qui font battre le cœur plus vite" ?
- Miracle, de Nakagami Kenji. L'histoire d'un quartier de burakumin, les "intouchables" japonais. Il faut s'accrocher un peu pour suivre, la traduction n'est pas évidente -- mais l'âpreté de l'écriture, l'intérêt pour les "petites gens", la beauté de la langue, on dirait un peu du Steinbeck. De lui, j'aime aussi beaucoup Le bout du monde, moment suprême.

4 bandes-dessinées
- Toute la série des Yoko Tsuno ! J'adorais ça ; j'attendais l'histoire d'amour entre Vic et Yoko comme j'ai attendu celle de Mulder et Scully des années plus tard dans les X-Files... J
- A la Recherche de Peter Pan (Cosey). Magnifique.
- Le Génie des Alpages, complètement génial.
- La Trilogie Nikopol (Bilal), un peu incontournable...

4 livres à emmener sur une île déserte
- Un dictionnaire de kanjis japonais : impossible de s'ennuyer avec ça -- et en plus, on peut tout apprendre de l'humanité et de sa manière d'envisager les choses, avec les kanjis (enfin, surtout l'humanité japonaise).
- Ulysse (James Joyce). Parce qu'il faut bien des années d'exil seul sur une île déserte pour comprendre le livre.
- L'Odyssée (Homère). Pour comparer avec Ulysse.
- Un Stephen King, histoire de frissonner pour de bonnes raisons.


Voilà ! Et pardon à Henry James, Murakami Haruki, Thomas Hardy, Jim Harrison, Murasaki Shikibu, Barbara Kingsolver, Edith Wharton et les milliers d'autres que j'oublie... mais bon, 4 à chaque fois, c'est rude !

8 commentaires:

Marion a dit…

okay, ben alors:
-un quart d'heure de jogging
-50 marches
-la chaussée de Louvain entre St Josse et Madou
-courir pour attraper le bus qui passe


\o/ chuis irrésistible!!








Quoi?

Fran a dit…

Haha !! Non seulement t'es irrésistible, mais en plus, tu remportes le prix du Meilleur Commentaire de l'Histoire (courte, certes, mais quand même) de ce Blog.

Claire venant en 2nd avec son com' sur "Au sortir du métro".

Fran a dit…

Egalement tu as du mérite de t'être cogné tout le post, car il est LONG !

Marion a dit…

In other news, Roule galette m'informe qu'elle est très vexée...
Et je trouve plus la note du métro pour retrouver le com de Claire!!

Claire a dit…

Je suis le diAblE RICOUQUIIIIIIIN!!!!! XD

Fran a dit…

5 commentaires !! CINQ COMMENTAIRES !!

Wouaaah...

>> Marion : Roule-galette, je sais, mais d'un autre côté, j'ai pas parlé d'Emilie, ni d'Héloïse, ni des Deux Gredins, ni de l'Enorme Crocodile...

>> Claire : Hahaha ! Traumatisée par les histoire que je te racontais ?

Fran a dit…

Et aussi, le com de Claire, c'est dans le n°11 (24 novembre)

Claire a dit…

Ouéééé!! le Diable RICOUQUIN!!! (Comme j'aimerais avoir des GROSSES POLICES GRASSES pour faire une GROSSE VOIX terrifiante!!! XD)

Encoooooore, le diable ricouquin!!!